Ray Cashman

Blues magazine Netherlands

Ray Cashman – Slow Drag
Format: CD / Label: Knick Knack Records
Releasedatum: 15 November 2016

Tekst: Rick Kanselaar

‘Slow Drag’ is de titel van het laatste album van Ray Cashman, een man die zichzelf betitelt als Gumbo troubadour. Zijn muziek is een mix van pure blues, swamp en cajun. Best bestemd om gespeeld te worden in een stoffige dorpje, zittend in een schommelstoel voor de deur van een houten huis ergens heel diep in het zuiden van Mississippi. En laat Ray Cashman dat nu net gedaan hebben op zijn eigen veranda met de release van dit album.

Cashman haalt de inspiratie voor zijn songteksten en muziek uit eigen ervaringen, tijdens de reizen die hij maakt maar ook uit de vroege Amerikaanse literatuur. Dit levert op zijn zesde volledige album eerlijke en gepassioneerde muziek op. Oorspronkelijk komend uit oostelijk Texas maar tegenwoordig wonend in de heuvels rond Nashville maakt Cashman muziek met gevoel. Ray Cashman toert intensief door de States maar doet hij ook op regelmatige basis Europa aan.

De stemming op de cd is kalm en ingetogen en vormt een kabbelend geheel. Ray Cashman brengt subtiele arrangementen en nergens gebeurt het overdadig. Subtiliteit blijft een belangrijk ingrediënt. Op ‘Slow Drag’ gaat het vooral om de ambacht van het liedjes schrijven getuige de nummers FameNana’s Diner en Baby. Tegelijkertijd zorgt dit er wel voor dat de plaat nergens echt spannend wordt. Echter Cashman doet waar hij goed in is, niet meer en niet minder, luister maar eens naar Full Moon over Orleans en She’s Just a Girl (reprise). Cashman levert met ‘Slow Drag’ een degelijke bluesplaat zonder franjes af.

Ray Cashman – Slow Drag
Format: CD / Label: Knick Knack Records
Releasedatum: 15 November 2016

Tekst: Rick Kanselaar

‘Slow Drag’ is de titel van het laatste album van Ray Cashman, een man die zichzelf betitelt als Gumbo troubadour. Zijn muziek is een mix van pure blues, swamp en cajun. Best bestemd om gespeeld te worden in een stoffige dorpje, zittend in een schommelstoel voor de deur van een houten huis ergens heel diep in het zuiden van Mississippi. En laat Ray Cashman dat nu net gedaan hebben op zijn eigen veranda met de release van dit album.

Cashman haalt de inspiratie voor zijn songteksten en muziek uit eigen ervaringen, tijdens de reizen die hij maakt maar ook uit de vroege Amerikaanse literatuur. Dit levert op zijn zesde volledige album eerlijke en gepassioneerde muziek op. Oorspronkelijk komend uit oostelijk Texas maar tegenwoordig wonend in de heuvels rond Nashville maakt Cashman muziek met gevoel. Ray Cashman toert intensief door de States maar doet hij ook op regelmatige basis Europa aan.

De stemming op de cd is kalm en ingetogen en vormt een kabbelend geheel. Ray Cashman brengt subtiele arrangementen en nergens gebeurt het overdadig. Subtiliteit blijft een belangrijk ingrediënt. Op ‘Slow Drag’ gaat het vooral om de ambacht van het liedjes schrijven getuige de nummers FameNana’s Diner en Baby. Tegelijkertijd zorgt dit er wel voor dat de plaat nergens echt spannend wordt. Echter Cashman doet waar hij goed in is, niet meer en niet minder, luister maar eens naar Full Moon over Orleans en She’s Just a Girl (reprise). Cashman levert met ‘Slow Drag’ een degelijke bluesplaat zonder franjes af.

Ray Cashman – Slow Drag
Format: CD / Label: Knick Knack Records
Releasedatum: 15 November 2016

Tekst: Rick Kanselaar

‘Slow Drag’ is de titel van het laatste album van Ray Cashman, een man die zichzelf betitelt als Gumbo troubadour. Zijn muziek is een mix van pure blues, swamp en cajun. Best bestemd om gespeeld te worden in een stoffige dorpje, zittend in een schommelstoel voor de deur van een houten huis ergens heel diep in het zuiden van Mississippi. En laat Ray Cashman dat nu net gedaan hebben op zijn eigen veranda met de release van dit album.

Cashman haalt de inspiratie voor zijn songteksten en muziek uit eigen ervaringen, tijdens de reizen die hij maakt maar ook uit de vroege Amerikaanse literatuur. Dit levert op zijn zesde volledige album eerlijke en gepassioneerde muziek op. Oorspronkelijk komend uit oostelijk Texas maar tegenwoordig wonend in de heuvels rond Nashville maakt Cashman muziek met gevoel. Ray Cashman toert intensief door de States maar doet hij ook op regelmatige basis Europa aan.

De stemming op de cd is kalm en ingetogen en vormt een kabbelend geheel. Ray Cashman brengt subtiele arrangementen en nergens gebeurt het overdadig. Subtiliteit blijft een belangrijk ingrediënt. Op ‘Slow Drag’ gaat het vooral om de ambacht van het liedjes schrijven getuige de nummers FameNana’s Diner en Baby. Tegelijkertijd zorgt dit er wel voor dat de plaat nergens echt spannend wordt. Echter Cashman doet waar hij goed in is, niet meer en niet minder, luister maar eens naar Full Moon over Orleans en She’s Just a Girl (reprise). Cashman levert met ‘Slow Drag’ een degelijke bluesplaat zonder franjes af.

Nashville Country Club

the fifth release in the artist’s catalog, and his most distinct to date. It was released independently on Cashman’s own D Bomb Records. Rough and Tumble South, is a slight departure from his earlier works in the fact that the songs were tracked with a full band. The lineup of musicians on this album helped bring a new dimension to Cashman’s music, giving it a more full sound yet not losing the passion that was captured on his previous albums. The latest project was recorded at The Bomb Shelter in East Nashville, which was a new recording location for Cashman, differing from his past two albums recorded in MS.

The subject matter of the album varies from song to song. Food is huge theme on this album. Simple living, love and happiness and the struggles that come with it are also important to the album’s lyrical content. Listeners can tell how growing up in a small town has influenced Ray Cashman. “I have written 12 songs that reflect the region of America I have lived and respected; the South. These are songs about love, food, music, murder, illicit substances and the yearning to leave small town America,” says Cashman while reflecting on his songwriting.

Ray Cashman’s gritty baritone vocals stand out as well his bluesy guitar riffs. Banjos, horns and fiddles and some washboard thrown in for texture help give the album a true southern feel that anyone can move to. Rough and Tumble South is definitely an album to take notice of and is one that both long-time fans and newcomers to Cashman’s catalog can appreciate. 

Folk & Acoustic Music Exchange

Ray Cashman - Rough & Tumble South

Rough & Tumble South

Ray Cashman

Available from Ray Cashman's online store.

A review written for the Folk & Acoustic Music Exchange
by Bob Gottlieb
(taoboy@cox.net)

Raw and rough in the very best uses of the words; it is primal and in a sense savage, coarse, unpolished, and yet sincere and honest. The music is a melting pot of swamp, Cajun, psychedelic, Preservation Hall jazz, some punk in there too for good measure. It is an interesting hodge-podge of music and the band behind Ray Cashman fits right in there. If you are looking for the polish and smoothness of a Lyle Lovett or Yvette Landry or even Steve Riley - no. This is the un-adulterated mash up of a man/band that plays with passion and feeling and honesty and subtly be damned.

This is Cashman's fifth album and it is filled with eleven songs that reflect on theme's important to him, and all were written by him. These are songs of the hardscrabble South; were there was sometimes not enough food, or love that was askew in one way or another, and always the illicit substances to talk about. It is also the first full disc he did with a band. He plays guitars and banjo as well as handling the vocals, Davis Coen lays down guitar on two tracks, Grace Askew contributes vocals on two tracks, Diego Vasquez tambourine on a track, John Estes bass and organ on a single track, and then Ollie Oshea, fiddle, and Adam Verone drums and washboard are constant throughout the disc. It is rural and it is unrefined and natural, and it is definitely a disc that should not be missed because in its unrefined rawness is its power.

Track List:

  • The Food Song
  • The Simple Life
  • Nobody But You
  • Feeling No Pain
  • Mudbugs
  • Moving Fast
  • Evangeline
  • Skin
  • Holcolm Roll
  • Devil & I
  • Turn the Key

Edited by: David N. Pyles
(dnpyles@acousticmusic.com)

Copyright 2013, Peterborough Folk Music Society.
This review may be reprinted with prior permission and attribution.

Music in Belgium

CHRONIQUES

› Dernières chroniques


CASHMAN, Ray - Rough & tumble south

/ paru le 13-03-2013 /

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Ray Cashman est allé chercher le blues authentique là où il gisait encore. Il a formé son esprit et son corps dans l'espoir unique d'un rendez-vous ultime avec le blues, au point de fusionner avec son genre musical de prédilection.

Première qualité de Ray Cashman : il vient du Texas. Bon, ça, le Texas, pour un aspirant bluesman. Le blues texan, de ZZ Top à Johnny Winter en passant par Stevie Ray Vaughan, Lightnin' Hopkins ou T-Bone Walker est une école de haute volée qui a engendré une des plus nobles castes de la profession. Cashman serait né au Groenland ou dans le désert de Gobi, son avenir de bluesman aurait été sérieusement compromis. Deuxième qualité du bonhomme : il est sportif. Footballeur, baseballeur, et même une expérience dans la lutte et huit années de rugby. Voilà qui forge le caractère. Quand une mêlée d'avant-centre ou d'ailiers flirtant avec le quintal vous est passée dessus, on voit les choses autrement, en mode combat pour la survie, terreau idéal pour la philosophie blues. Et le combat, Cashman connaît aussi, rapport à sa troisième qualité : trois ans dans l'armée US, dont une à la frontière ultra-sensible entre les deux Corées. De quoi affûter sa pensée à l'idée que tout pourrait voler un jour en fumée par la grâce des petits joujoux nucléaires que les puissants abritent dans leurs sous-sols. Et de se remettre une couche de blues entre les oreilles.

Et on n'insistera pas sur la profession régulière du bonhomme, la menuiserie, la charpente, la construction de maisons, soit la satisfaction de travailler de ses mains et de suer sur l'établi, encore de quoi se frotter au blues. Mais ce qui a sans doute formé l'authentique attitude blues de Ray Cashman, c'est sa jeunesse passée à écouter les vieux bluesmen noirs dégoiser dans les juke joints, à capter le souffle du blues dans le microsillon des disques de Leadbelly, Son House, Muddy Waters, Bob Dylan, Willie Nelson ou Johnny Cash. Ray Cashman est même adoubé par le grand Billy Gibbons de ZZ Top, qui bavarde un jour avec lui à l'issue d'un concert d'un de ses premiers groupes (les Tequila Cowboys) et lui enseigne quelques trucs à la guitare, comme un vieil escroc transmet son savoir à des marlous en herbe.

Cashman, profil abrupt de rude ouvrier du Sud, formé à tous les métiers, généreux et simple, mène sa petite carrière de bluesman en dehors des grands chemins commerciaux où règnent l'esbroufe et l'argent. Il signe ici son cinquième album, un "Rough & tumble south" tout simplement suprême en termes d'authenticité et de sensibilité blues. Avec ses camarades Adam Verone (batterie), Ollie Oshen (violon) et John Estes (basse), Ray Cashman a mis au point onze titres navigant entre blues velouté ("Food song") ou musculeux ("Nobody but you"), country brinquebalante ("Simple life") ou tonique ("Mudbugs"). Quelques cuivres soulignent le côté bastringue de "Feeling no pain", un orgue s'insinue dans "Moving fast" pour y donner un petit aspect soul du meilleur goût. "Evangeline" est une plongée au cœur de la tradition des blues shouters qui hantaient les rives du Mississippi dans les années 1920. Au contraire, "Skin" semble plutôt reluquer du côté du heavy rock, avec sa guitare clinquante et sa rythmique alourdie. Le disque se termine par le petit instrumental "Holcomb roll", prélude au profond et grave "Devil and I" et au plus virevoltant "Turn the key".

Chaque morceau de cet album a sa personnalité, est traversé par une approche fine et subtile, ce qui n'ôte en rien l'aspect rustique du blues et de la country de Ray Cashman, qui se pose ici en orfèvre, un peu à la manière de Duke Robillard. Le moteur de cette Cadillac qu'est "Rough & tumble south" est réglé aux petits oignons et l'engin vous emmènera dans dommages très loin sur la route du blues et de l'Amérique profonde. À ne pas manquer.

François Becquart
Pays: US
D Bomb Records
Sortie: 2013/02/15


Lu: 117

Docteur Blues Magazine

Ray Cashman « Rough & Tumble South »

lectures : 158

Posted by on mar 4, 2013 in les CD, Les Disques | No Comments

Les Disques

Ray Cashman – Rough & Tumble South – D Bomb Records
Ray Cashman n’est pas une découverte (son troisième album avec Jimbo Mathus « Texassippi Stomp“ s’était vu nominé en 2007 dans la catégorie album blues traditionnel aux Grammy Awards !) Mais, pour la première fois son dernier album est disponible et distribué en France. Ce Sud confus et joyeux que nous administre Cashman dans son cinquième opus est à la hauteur du personnage.
Vivant actuellement au Tennessee, Ray Cashman a pas mal bourlingué dans sa vie entre sportif de haut niveau, 3 ans d’armée, des tas de boulots dont charpentier à l’heure actuelle et une passion affichée dès son enfance pour la musique que pratiquaient de vieux bluesmen noirs que Cashman ne cessait de fréquenter dans son Texas natal.
Tout ceci permet de mieux comprendre les diverses influences que l’on retrouve dans cet album. D’entrée avec le très stonien (période Exile on…) Food Song, le mariage voix guitare n’est pas sans nous ramener dans les moiteurs des compos d’un Link Wray par exemple. Mais d’autres influences sudistes sont présentes : americana (Turn the key), blues rugueux (Devil & I, Nobody but You, Skin) que ne renieraient pas des Kenny Brown ou autres participants aux différents Hill Country Picnic tenus ces dernières années, country (Simple Life, Mudbugs) où l’on appréciera la participation d’Ollie Oshea au fiddle.
Soutenu par John Estes (qui n’a rien d’un endormi à la basse et au clavier sur Moving Fast) et Adam Verone (à la batterie que nous avions pu voir à la suite du précédent Muddy Roots Europe, à Paris en juin 2012) Cashman peut ainsi tricoter à l’aise aussi bien à la slide (Hollcomb Roll) qu’au banjo.

 


Photo:Miss Béa

 

A l’image d’autres artistes actuels du Sud profond (N.M.A. et autres filiations des grands noms du Hill Country), Ray Cashman mérite d’être enfin découvert par un public plus large. Rough & Tumble South après Texassippi Stomp (2007) et Snake Feast (2010) élargit les diverses approches de Cashman et devrait contribuer à mieux le faire connaître.

Le digipack est à l’image du contenu. Véritable petit patchwork photo de ce sud réel et mystifié où la photo intérieure est révélatrice. L’on y voit écrit à côté d’un diable rouge tenant une faux, sur une affiche plantée en plein champ probablement à l’entrée d’un patelin « Allez à l’église ou le Diable viendra vous prendre ! ”

Ah oui ! La distribution de cet album est assurée par Nayati Dreams

Serge Sabatié

country chorus blog

Ray Cashman – “Rough & Tumble South” Review

RayCashmannewalbumRay Cashman’s fifth album Rough & Tumble South is a full-band journey into blistering juke joint music chock full of banjos, fiddles and grit, best played when cranked up to 11.

Raised outside of Conroe, Texas, Cashman looked up to the gifted older black musicians who he grew up around. He would listen to them play music and tell stories, and the influences of that are certainly everywhere on this superb album. Rough & Tumble South focuses on food, experiences traveling on the road, and inspiration from Southern Gothic literature. Cashman has no shortage of life experience to draw upon, having served in the army, worked as a carpenter and done numerous other career moves such as, driving a fork lift, bar tending, selling cars, plumbing, roofing and being a stay-at-home dad.

This album was recorded at the Bomb Shelter studio in East Nashville and released on Cashman’s independent label D Bomb Records. Bluesy guitar riffs, Cashman’s tough baritone vocals, strong drumming and washboards from band player Adam Verone and backup vocals from Grace Askew, as well as the trombone of bandmate Diego Vasquez, guitar of Davis Coen, expert fiddling of Ollie Oshea and bass and organ know-how of John Estes make this full-band recording a full musical ride.

Cashman reminds me of another excellent blues and jug band who were one of my favourites growing up, called the Tarbox Ramblers from Massachusetts (on Rounder Records). Both artists achieve a high-energy raw hillbilly roots sound that really captures the ear and gets the toe tapping.

Standout tracks include the soulful meditation on enjoying life and its nature, with the old-time fidding of Oshea. “a little slowing down/couldn’t cause us any harm,” sings Cashman, who wrote all the songs on the album.

Track “Feeling No Pain,” stems from the best of blues traditions and is reminiscent of the 1930s Mississippi Sheiks super hit “Sitting on Top of the World.” Catchy, fun bluesy tracks like “Mudbugs,” “Holcomb Roll,” and “the Food Song,” are matched by songs with melodic old-time banjo riffs and underlying darkness such as “Evangeline,” where the song’s narrator tells a girl in trouble that he will save her from people trying to catch and hang her as the banjo plucks madly in the background, emphasizing the situation they are in.

“Skin,” and “the Devil and I” also hew down to the core of the human condition as blues does at its best, but they do so with determination and grit, world-weariness tempered by a zest for standing up to your demons. “From the beginning of time that battle he has waged,” Cashman growls with the full-throttle guitars and drums highlighting the struggle. Then there are the adrenaline-kickers like “Moving Fast,” and “Turn the Key,” that describe the fast-moving adventure and ups-and-downs of life with gusto and driving energy. “I’m movin’ fast/ and I’m leavin’ slow,” Cashman sings, drawing out the end as the band fades.

Cashman’s 2007 album Texasippi Stomp was on the nomination1349298822_IMG_2370 ballot for best traditional blues album at the 2007 Grammy Awards, and Rough & Tumble South may not do too shabby itself. It certainly deserves any accolades it receives, and the more people that take a listen the more these will roll in. Rough & Tumble South is a genuine diamond in the blues world. This is a strong, strong recording. Listeners are encouraged to visit Cashman’s website and consider picking up a copy of Rough & Tumble South for themselves. Highly recommended.

9/10

B Man Blues Report

Tuesday, February 12, 2013

D Bomb Records artist - Ray Cashman - Rough and Tumble South - New Release Review

I just received the newest release, Rough and Tumble South, by Ray Cashman. The release opens with Food Song, a great juke track with a strong rhythm and back beat. This is simple, raw and fun with Cashman on vocal and guitar, Davis Coen on guitar, Grace Askew on backing vocal John Estes on bass and Adam Verone on drums. A more laid back country style track, Simple Life, opens with Ollie Oshen on fiddle and the song is delivered in it's simplest form describing the merits of slowing down. Nobody But You has a definite swamp rock bottom with a great groove. A droning guitar part with a more melodic bass gives Cashman's raw vocals a perfect stage for breathing. I really like this track... let's call it power swamp. Feeling No Pain has a distinct dixieland flavor with the addition of a little banjo by Cashman and some real cool trombone work from Diego Vasquez. Mudbugs is a bit more uptempo and a blend between Appalachian and Cajun style with and rural instrumentation specifically plucked banjo and rural style fiddling. Moving Fast opens with a really nice distorted guitar riff and then develops into more of a countrified rock track with a heavy organ on the bottom. Evangeline is a real smooth bluegrass track with open 5 string banjo picking and acoustic guitar strumming accompanying Cashman on vocals. Another cool track. Skin opens with some really cool distorted guitar work developing into a simple country style rock track. Holcomb Roll opens with light brush work on snare drum and acoustic slide guitar for a really simple rural sound. This is another of my favorite tracks and a nice contrast to Devil and I, a heavier sounding track with raw guitars sound and fiddle played in more of an ethereal manner. There are some really cool riffs here going where you wouldn't ordinarily expect giving the track more interest. Turn The Key completes the set in a regular bluegrass fashion. This is a nice simple track with fiddle, guitar and vocal. This is a very enjoyable rural sounding release without a lot of the pretense often built into a super stud recording. Nice job!

Indie Music France

Ray Cashman, Texan de toujours et fol amoureux de ses racines américaines sudistes nous lègue son patrimoine culturel et musical sur son nouvel et cinquième album « Rough & Tumble South ».

 

Sur onze titres aux racines terreuses où la guitare est en balade, le blues (Nobody But You, Skin), l’americana (Turn The Key, Feeling No Pain) et la country (Mudbugs) nous accompagnent lors de ce voyage dépaysant et sauvage.

On y parcourt un album au naturel, empruntant les sentiers marécageux comme le chemin des festivals locaux et ceux des grands axes bitumés. C’est dans un vieux van métallique, corrodé par le mauvais temps, le soleil lourd et les kilomètres avalés qu’on s’installe. Place passager bien sûr, pour que ce bon Ray nous parle de la grande expérience de sa vie avec ses irrégularités de terrain comme ses longues lignes droites sans horizon.

« Rough & Tumble South » s’apprécie comme un documentaire sur un pays dont on ignore tout des coutumes et des traditions, comme un folklore qui s’ouvre à nos oreilles et à nos yeux, comme un voyage dans un ailleurs pour lequel nous n’avons que des représentations générales et venant chambouler toutes nos perceptions.

Ray Cashman assaisonne un bouillon de culture américaine savoureux et authentique où le guitariste slide sur ses cordes en chantant sa solitude comme ses rencontres.

 

Même si nous ne sommes que de passage sur cet album, à l’écoute de ce disque, on ressort riche de s’être ouvert un peu davantage à cette autre culture, celle du blues rock américain, qui va droit à l’âme et aux tripes. Un beau dépaysement hors des sentiers battus.

L’album de Ray Cashman est disponible chez Nayati Dreams.

Blues Again

Ray Cashman
Rough and tumble south

Genre musical: Americana
Label : D BOMB RECORDS
Distributeur : NORMANDEEP BLUES

Le titre du CD Rough And Tumble South pourrait se traduire par le sud jovial ou le sud débridé, et cela reflète assez bien ce qu’on entend. En effet si Ray Cashman est texan il ne se limite pas aux ritournelles qui flottent dans l’air du côté de Houston ou de Dallas, mais il s’inspire largement du riche répertoire du grand sud qui va des Appalaches à la Louisiane en passant par le Tennessee le Mississippi ou l’Alabama. Il signe donc de remarquable façon 11 titres qui naviguent du blues, au folk, en abordant les rivages du bluegrass, du rock, du cajun et de la country. Le résultat est une vraie plongée dans ce que l’Amérique a de meilleur au niveau de son patrimoine musical. Interprète de haut niveau, il est tout à fait surprenant d’entendre comment le bonhomme excelle dans chacun des styles dont il s’empare. Seul à la guitare (avec de superbes slides), au banjo ou accompagné par une mandoline ou un fiddle ou encore par un trombone, Ray Cashman sait varier les genres et les tonalités d’une chanson à l’autre avec une égale maestria. Chanteur à la voix chaude et mâle, Cashman a gravé cette gourmandise sonore à Nashville. C’est tellement bon que le disque paraît vraiment trop court avec seulement 36 minutes.
Gilles Blampain

www.zicazine.com

Rough & tumble south
(D Bomb Records – 2012) 
Durée 36’10 – 11 Titres 

http://www.raycashman.net
http://normandeepbluesrecords.blogspot.fr

Pur produit du Sud des Etats Unis, Ray Cashman est un de ces solides Texans qui ont un vécu chargé avec quelques années passées au service de l’armée dont un an en Corée mais aussi beaucoup de sport dont huit années de rugby et pas mal d’heures passées à écouter de la country, du folk, du blues et du rock en compagnie de ses acolytes autour d’une bière … Devenu charpentier, cet ancien guitariste des Tequila Cowboys construit aujourd’hui des maisons traditionnelles mais n’en a pas pour autant renoncé à la musique, composant avec une certaine ingéniosité et s’accompagnant sur la centaine de morceaux sortis de sa plume à la guitare mais aussi au cigar box pour en arriver tranquillement à ce cinquième album personnel depuis 2001, le troisième, « Texassippi Stomp », sorti en 2007, s’étant d’ailleurs retrouvé en nomination aux Grammy Awards dans la catégorie meilleur album traditionnel.

Accompagné du batteur Adam Verone mais aussi d’Ollie Oshea au fiddle, Ray Cashman retrouve épisodiquement John Estes à la basse ou à l’orgue, Davis Coen aux guitares, Diego Vasquez au trombone ou Grace Askew au chant et nous entraîne dans un formidable voyage en direction des racines des musiques noires mais aussi blanches américaines, traversant avec la même sagesse et la même inspiration les bayous de Louisiane, les rivages boueux du Mississippi, les vastes étendues du Texas et les contreforts des Appalaches. Tantôt country, tantôt blues, parfois zydeco, cajun ou encore folk, « Rough & Tumble South » mélange avec beaucoup d’ingéniosité les très forts relents venus de chez Son house et Leadbelly à ceux puisés chez Johnny Cash et Bob Dylan, leur associant même à l’occasion des grappes d’influences piochées chez Muddy Waters ou RL Burnside et secouant énergiquement le tout pour que des pièces comme « Food Song », « Mudbugs », « Skin » ou « Devil & I » deviennent de véritables trésors façonnés à grand renfort de slide et de voix rocailleuses à souhait. Rugueuse et poussiéreuse à souhait, la musique de Ray Cashman est une véritable invitation à la découverte d’un style mais aussi et surtout d’un personnage que l’on espère croiser au plus vite dans nos salles de concerts. A bon entendeur !

rambles culture and art magazine

"Not for the faint of heart is Cashman, purveyor of full-frontal downhome blues, as subtle as a tornado funnel or an artillery blast.This is rude, raucous Mississippi juke-joint music, much less delta than hill country -- the sort of raw approach whose then-surviving (and some since-deceased) native practitioners (including T Model Ford, R.L. Burnside, Paul "Wine" Jones and Robert Belfour) the Oxford, Mississippi, label Fat Possum famously recorded and promoted. Cashman's uncompromising approach renders trivial, even absurd, conventional notions of "authenticity. Read more: http://www.myspace.com/raycashman#ixzz12LLG

Review the blues.com

"This is for fans of blues right up front. Ray Cashman (vocals, guitars) and Grant "Gabby" Brown (harmonica) together form the basis of the formidable, provocative blues duo Cashman. Their second album "Texassippi Stomp" could obtain no better title, it perfectly expresses the content of this album. It drags you into a stunning strip of raw Mississippi juke-joint music. Cashman are masters at bringing catchy, dead honest, enthusiastic blues. In ten of the eleven self-written songs are the sleeves rolled up, and Cashman is released against a power that the sweat from our speakers was splashing. A fantastic album that we can not recommend enough. "

wsum music review

Friday, April 03, 2009 Madison WI show review Having the Cashman duo in studio for the show with a sort of unplugged session was nothing like hearing that raucous Mississippi juke-joint music, live in a tunnel like bar room setting. Ray and Todd were making winds swirl and snakes get up and run….The rawness of these kinds of blues slid off the git-tar in a serpentine dance mingling with the dancing girls. We got a taste of some of the old and some brand new unreleased material as well as some traditional blues sounds including a kicking “In my Time of Dying”, which was one of those songs you almost never want to hear end when in a live setting. I know the guys made a good impact on the scene and I look forward to seeing them back here in Madtown in July bending ears and stomping feet.

Blues & Co.

« La grande adorade du Tonton »

Tirez vous adeptes du brushing choux-crouté, du moumoutage compliqué, adeptes de la pantouflade feutrée et roucoulante, cette musique n’est pas pour vous ou alors c’est que vous êtes prêt à faire dans le téméraire, le Koh-lantophile irresponsable pour télochards du dimanche, parce que là c’est de la bombe atomique, du qui gratte au sang, du qui te bouscule la viande au-delà des clôtures… C’est dantesque et j’exagère pas, vous me connaissez !!!
Bon, c’est pas du Delta Hill Country Burnssisant, zique qui question champouinade fait pas dans la dentelle, ce serait plutôt du Delta Juke Joint Blues, son voisin, mais un Juke Blues qu’est monté sur gros calibre, un qu’est total original sans pour cela s’éloigner du trad, un qui nous est offert par deux gaillards qu’en ont….. à dire et qui le disent fort sur une musique puissante, hypnotique… Un son énorme qui te débarbouille toute la cire que tu conserves précieusement dans tes oreilles.
Mais tention jeune fougueux, c’est pas du bruit, que nenni mon ami, c’est de la musique, de l’excellente musique même, une qui te rétabliet vite fait les songsters oubliés que sont Mississippi John Hurt, Mance Lipscomb et John Jackson, des gars qu’on a tardé à inviter dans le monde du blues, mais qui sont pas des inconnus pour Ray Cashman (guitare, dobro, bootbox, percus et vocals) et son pote Grant A Brown (harmonica), qui s’offrent pour l’occase l’aide de l’excellentissime Jimbo Mathus (basse et guitare) sur 4 tunes, un Jimbo qui produit également l’objet sur son label 219 Records (retenez ce nom). Des gars qui nous avalanchisent leur musique en pleine tronche, sans prendre les gants d’usage, qui, si ils ont l’occase de nous visiter, sont à conseiller aux ceux-ce qui veulent amener les jeunots pubères au blues, au vrai, le pas chiant, le sans sirop.
11 tunes ripatonantes, bien plombées, de Country Blues qui bousculent les canons du traditionnel tel que l’entend l’intégriste moyen, 11 tunes régalantes, suite de plaintes, de menaces ou de lamentations délivrées avec intensité par un Cashman à la voix profonde, dure et rugueuse sur un nappage d’harmonica qui renforce la sensation de lourdeur.
Un album à rapprocher de celui que nous ont offert les Deltamatics en plus rude…
D’la balle et du grand blues…. Encore du labellisé Jimbo Mathus le sorcier
Tonton Erick

Blues Matters